Maintien de l’ordre et politiques du désordre / Médiapart

Par Joseph Confavreux, le 26 novembre 2020

Alors que les méthodes du préfet Lallement et le nouveau schéma national du maintien de l’ordre sont contestés, un livre limpide explique les raisons d’une trajectoire de brutalisation qui singularise la France par rapport à ses voisins européens.

Politiques du désordre. La police des manifestations en France (Le Seuil), co-écrit par les sociologues Olivier Fillieule et Fabien Jobard, s’ouvre sur une scène forte : la manifestation appelée par les « gilets jaunes » place d’Italie le 16 novembre 2019, qui devait partir en cortège à 14 heures avant d’en être finalement empêchée. « L’objectif, ce jour-là, écrivent les chercheurs, n’est à l’évidence pas de “maintenir l’ordre” en permettant aux manifestants présents de se déployer en sécurité, mais plutôt de punir les personnes présentes. » Lire la suite (réservé aux abonnés)

Paul Rocher : « Les forces de l’ordre font varier le niveau de violence en fonction de ce qu’elles pensent des manifestants » / Diacritik

Par Johan Faerber, le 8 juillet 2020

Stimulant et incisif, tels sont les mots qui viennent à la lecture de Gazer, mutiler, soumettre : politique de l’arme non létale de Paul Rocher qui vient de paraître à La Fabrique. Des Gilets Jaunes aux ZAD, des manifestations récentes des soignants en passant par les mouvements contre la « réforme » des retraites, le recours massif aux gaz lacrymogènes et aux LBD est devenue monnaie courante pour les forces de l’ordre. Cependant, loin de correspondre à un adoucissement du maintien de l’ordre, l’usage de cet arsenal d’origine militaire pour régler des conflits domestiques résonne terriblement comme le corollaire de la suspension globale du processus démocratique en France. Une réflexion vive que, le temps d’un grand entretien, Paul Rocher, son auteur, développe pour Diacritik. Lire la suite