Présentation de la campagne « Interdisons les armes policières mutilantes »

Banlieues, supporters sportifs, ZAD, mouvement des gilets jaunes, manifestations contre la loi travail ou la réforme des retraites … de façon de plus en plus systématique, des morts et des mutilations à vie sont le fait des armes policières (grenades, LBD, …). Ces armes sont utilisées par les gouvernements pour instiller la peur et, dans le cas des mouvements sociaux, continuer à imposer par la force des politiques antisociales. Cela s’accompagne d’un niveau accru de répression et de violence dans les interventions des forces de l’ordre jusque dans les événements festifs comme en témoigne la charge lors de la fête de la musique à Nantes en juin 19.

Depuis des années, mais plus encore ces derniers mois, de nombreuses initiatives (rapports, prises de position, manifestations, pétitions, recours judiciaires…) ont été menées par des acteurs très différents (associations, collectifs, syndicats, organisations politiques, professionnels, …) pour dénoncer l’usage de ces armes en France (interdites ou bien moins utilisées ailleurs, reconnues pour certaines comme armes de guerre, voire interdites en temps de guerre).

Il faut maintenant consolider et faire converger ces initiatives pour obtenir enfin l’interdiction de ces armes.

C’est l’objet de cette campagne nationale large, durable et ciblée sur l’interdiction de ces armes. Elle a été initiée à Montpellier par la publication d’une tribune signée par des citoyenne.nes, de nombreux collectifs, associations et organisations, et toujours à la signature.


Petite chronologie de la campagne*

– rédaction d’une tribune pour l’interdiction des armes mutilantes, le 18 novembre 2019**
– lancement de la campagne à l’occasion de la première manifestation contre la réforme des retraites, le 5 décembre 2019
– publication de la tribune dans La Marseillaise, le 17 décembre 2019 et sur le site internet stoparmesmutilantes.org
– première conférence de presse à La Carmagnole, le 19 décembre 2019
– participation à la 4e marche des mutilé.e.s, le 12 janvier 2020

Aujourd’hui, la campagne se poursuit autour d’un collectif prêt à mener des actions localement et à s’associer à des initiatives nationales, comme la marche des familles, le 14 mars 2020 à Paris, l’appel “Laissez-nous respirer” par exemple. À suivre …


* pour plus de détails, voir la rubrique campagne
** signatures


Derniers articles

  • À Bayonne, maigre peine pour un visage défiguré au LBD / Le Média

    Par Chloé Rebillard, le 26 juin 2020

    Un policier de la BAC comparaissait ce vendredi au tribunal de Bayonne après avoir tiré au LBD sur le visage de Lola Villabriga lors d’une manifestation à Biarritz, le 18 décembre 2018. La jeune femme dénonce aujourd’hui l’usage d’armes mutilantes et la doctrine française du maintien de l’ordre, tandis que ses soutiens s’alarment de la légèreté de la peine : le policier, condamné à 1350 € d’amende, pourra continuer à exercer. Lire l’article

  • L’utilisation du gaz lacrymogène CS, ses effets toxiques à plus ou moins long terme / Association Toxicologie-Chimie de Paris

    Par Alexander Samuel et André Picot, juin 2020

    Préface
    Partir du réel.
    Sébastien Nadot, député de la Haute-Garonne, titulaire d’un doctorat de l’EHESS Paris.
    11 janvier 2020, semaine 61 du mouvement des « Gilets jaunes ».
    Les manifestants se sont donné rendez-vous dans le centre-ville de Toulouse. Après quelques heures de déambulation, certains se retrouvent place Saint-Georges. Les policiers qui les suivent jettent alors des grenades de gaz lacrymogène dans leur direction. A quelques mètres derrière les manifestants se trouve un espace de jeux avec des enfants. Très vite le gaz se propage sans épargner toboggans et tourniquets. Prise au dépourvu, une maman affolée avec un enfant en poussette quitte la zone à la hâte. Apeurée, une petite fille pleure, figée debout. Un policier se dirige alors vers elle pour l’évacuer de la place. En bon père de famille, il la prend dans ses bras, tente de la rassurer et l’éloigne rapidement des dernières fumées blanchâtres.
    Les exemples de « dommages collatéraux » dans l’usage de grenades lacrymogènes ces deux dernières années sont légion en France. Impossible d’évaluer le nombre de personnes exposées à ces gaz, qu’il s’agisse des participants à un rassemblement illégal, de ceux qui exercent l’un de leur droit fondamental à manifester sans excès ou des « badauds » pris au piège des hasards d’un affrontement entre forces de l’ordre et manifestants, jusqu’à ces enfants innocents. Lire le dossier

  • Ces armes de la police qui génèrent une escalade des violences policières / Huffingtonpost

    Par Paul Rocher, le 13 juin 2020

    En 2018, la police a officiellement tiré 33.000 fois avec des armes “non létales” sur des civils, une augmentation de 900% par rapport à 2009. Une brutalisation du maintien de l’ordre. Lire la suite

  • «A l’air libre»: les armes «non létales» au cœur des violences policières, un entretien avec l’historien Pap Ndiaye / Médiapart

    Le 9 juin 2020

    Au programme de notre émission en accès libre : violences policières, le choix des armes ; notre entretien avec l’historien Pap Ndiaye sur les États-Unis et le racisme ; la Libye, avec René Backmann ; Alexandra Pizzagali. Voir la vidéo

  • Regardez “Police illégitime violence”, un documentaire subtil et fort / Télérama

    Par Marie Cailletet, le 8 juin 2020

    En 2015, dix-huit mineurs portent plainte pour violences policières contre une brigade du 12e arrondissement parisien. S’emparant de ce dossier, le film de Marc Ball pose plus largement la question des relations entre forces de l’ordre et citoyens. A voir absolument alors que le défenseur des Droits Jacques Toubon vient de remettre un rapport sur cette histoire, pointant “un système de contrôles discriminatoires dans ce quartier à l’égard de ce groupe de jeunes”. Lire l’article et voir le film