Béziers : un trentenaire meurt au commissariat après une interpellation «difficile» / RT France

Le 9 avril 2020

Le parquet a annoncé le 9 avril qu’un trentenaire était décédé à Béziers après une interpellation de la police municipale qui faisait suite à un contrôle des mesures de confinement. Il serait mort au sein du commissariat. Un trentenaire est mort le 8 avril au soir au commissariat de Béziers dans l’Hérault après une interpellation «difficile» par la police municipale dans le cadre d’un contrôle des mesures de confinement, a fait savoir le 9 avril le parquet, qui a ordonné une enquête pour «homicide involontaire». Lire la suite

Interpellé pour non-respect du confinement, un homme meurt au commissariat de Béziers / Le Poing

Le 9 avril 2020

« Mercredi 8 mars, vers 22h30, un homme de 33 ans a été conduit par les policiers municipaux de Béziers au commissariat. Il venait d’être interpellé pour non-respect du couvre-feu qui court de 21h jusqu’à 5h du matin. Il est décédé quelques instants plus tard dans les locaux de la police nationale alors que les gardiens de la paix avaient tenté un massage cardiaque et fait appel aux pompiers pour venir en aide à la victime. Une autopsie a été ordonnée par le procureur de la République de Béziers, Raphaël Balland. Elle aura lieu demain vendredi 10 mars dans la journée. » Le parquet a ouvert une enquête pour homicide involontaire. Voici les faits rapportés dans l’introduction d’un article de Midi Libre publié ce matin.

Le reste de l’article vise à convaincre le lecteur que la mort de cet homme importe peu : « La victime [est] un accro aux stupéfiants bien connu de la ville. […] Les policiers municipaux auraient eu du mal à l’arrêter, mais c’est souvent le cas avec les toxicomanes. Ce dernier était très connu de la justice et avait posé des problèmes à plusieurs reprises aux forces de l’ordre. Le 5 avril, il avait d’ailleurs été placé en garde à vue pour un vol à l’arraché. » Le média Métropolitain parle d’un « SDF » qui « avait déjà été interpellé dans la journée pour des dégradations volontaires d’un véhicule ». Il était donc SDF, mais n’avait pas respecté le couvre-feu ? Lire la suite

CONFINEMENT ET VIOLENCES POLICIÈRES, DOUBLE PEINE POUR LES BANLIEUES / Le Média

Le 29 mars 2020

“Le flic qui était juste devant le jeune, lui porte un coup à la cage thoracique ou au cou je ne sais pas, le jeune est tasé, ils lui font un plaquage ventral, et une clé d’étranglement. À ce moment-là, je me dis mince il va mourir.” Pendant la période de confinement, des policiers aux comportements inadmissibles déchaînent une violence gratuite dans les quartiers contre ses habitants, bien loin des contrôles courtois des grands centre villes… Témoignages Voir la vidéo

Mesure de confinement: Les contrôles de police ne doivent être ni abusifs ni violents ni discriminatoires / Syndicat des Avocats de France

Communiqué du 27 mars 2020

Après seulement dix jours de confinement, des vidéos et témoignages faisant apparemment état de contrôles abusifs et de violences par les forces de police ont commencé à émerger sur les réseaux sociaux. Les organisations signataires appellent le ministre de l’Intérieur et le directeur général de la Police nationale à veiller à ce que le maintien de l’ordre et les opérations de contrôle dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 ne donnent pas lieu à des abus. Ils doivent rappeler immédiatement aux policiers en charge des contrôles que ces opérations aux policiers en charge des contrôles que ces opérations doivent s’opérer dans un cadre strictement légal, sans discrimination, et sans recourir à des techniques dangereuses et potentiellement mortelles contre les personnes. Lire la suite

6T de banlieue confinées : les exactions policières se poursuivent / Le Paria

Le 28 mars 2020, par Moha

Les policiers profitent de l’état d’urgence sanitaire et de l’épidémie pour frapper, agresser, humilier les gens qui habitent dans les quartiers populaires, les 6T de banlieue.

Hier par exemple, dans mon quartier du Blanc-Mesnil, un mec était menotté au sol en plein milieu de la rue. Autour de lui, vingt policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) du 93. L’un d’eux, cagoulé, faisait le guetteur en surveillant les environs pour couvrir ses collègues. Je n’ose pas imaginer ce qui s’était passé avant qu’il se retrouve au sol : l’interpellation commence toujours debout, et ça se termine à terre avec des hématomes sur tout le corps. D’habitude quand ça se produit, un attroupement se forme autour des policiers. Les gens leur crient d’arrêter, ils filment. Mais quand les rues sont désertes, les mecs n’ont personne pour les défendre. Lire la suite

ÉTAT D’URGENCE SANITAIRE : BARBARIE POLICIÈRE EN BANLIEUE / Nantes révoltée

27 mars 2020

Texte et vidéo par Sihame Assbague, montage Nantes révoltée

« Violences policières, encore. Cette fois, ça se passe aux Ulis (91), le 24 mars 2020. Sur cette vidéo, Sofiane, 21 ans, violemment interpellé par des agents de la BAC. Livreur pour Amazon, il sortait du domicile de son père & se rendait au travail.

Sur sa route, Sofiane aperçoit des policiers. « Pris de panique » parce qu’il a oublié son attestation, il rebrousse chemin & se met à courir. Les agents se lancent à sa poursuite & finissent par le rattraper. La suite est sur la vidéo. « Ils l’ont défoncé » raconte un témoin. Voir la suite

En période de confinement, les flics se lâchent ! / Paris Luttes info

Le 26 mars 2020

La police fait son travail pendant le confinement. L’occasion pour eux de faire leurs sales besognes de sadiques avec de plus en plus de zèle. Article qui compile quelques unes des nombreuses violences racistes qui s’abattent sur les quartiers populaires. Ca fout la rage. ACAB. Lire

Coronavirus et violences policières. 10% des amendes rien qu’en Seine Saint Denis / Révolution permanente

Le 24 mars 2020, par Nathan Erderof

Dès l’annonce du confinement, le gouvernement a déployé un grand dispositif répressif. Alors que ces derniers jours, la vis autoritaire a encore été resserré, les premiers chiffres sont tombés : sans étonnement, les quartiers les plus populaires sont les plus visés. Lire la suite