Violences policières : “Un autre maintien de l’ordre est possible” / France culture

Par Florence Sturm et Fiona Moghaddam, le 11 mars 2020

Entretien | Des mobilisations de “gilets jaunes” aux marches féministes, en passant par celles pour le climat, la gestion du maintien de l’ordre a souvent été critiquée ces derniers mois en France. L’ONG ACAT publie un rapport soulevant les dysfonctionnements de la doctrine et ses conséquences sur les libertés. Écouter l’émission

Maintien de l’ordre : à quel prix ? / ACAT France

Le 11 mars 2020

Les questions d’usage de la force par les policiers et les gendarmes ont rarement été autant débattues. Le nombre de blessés ou tués dans le cadre de manifestations trahit des  dysfonctionnements dans les pratiques de maintien de l’ordre. Bien que ces drames  peuvent sembler exceptionnels comparés au volume d’interventions des forces de l’ordre, l’ACAT interroge sérieusement la politique des autorités en matière de gestion des foules manifestantes dans son rapport intitulé « Maintien de l’ordre : à quel prix ? »

Fidèle à son mandat axé sur le respect des droits humains, l’ACAT poursuit ses travaux sur l’usage de la force et alerte dans ce nouveau rapport les gouvernants français, les rappelant à leur obligation de protéger les libertés et droits fondamentaux, de prévenir et sanctionner toutes les violences, et tout particulièrement les violences illégitimes commises par les forces de l’ordre

Lien vers le rapport

Violences policières, nouvelle doctrine ou vieille histoire ? / France culture, l’invité(e) des matins

Par Guillaume Erner, le 10 mars 2020

Des manifestantes féministes traînées à terre par des CRS en marge d’une marche organisée le 7 mars dernier à Paris. Ces images, qui ont fait le tour des réseaux sociaux, témoignent de la nouvelle doctrine sécuritaire basée sur « l’impact », selon les propres termes du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Depuis les manifestations contre la Loi Travail et la crise des gilets jaunes, les violences policières sont pointées du doigt. Écouter l’émission

«Le modèle français, c’est la police qui fait peur» / Médiapart, l’entretien

Par Fabien Escalona, avec Sebastian Roché et Pascale Pascariello, le 9 mars 2020

Entretien avec Sébastian Roché, qui décortique les dimensions de la «crise systémique» de la police en France. Directeur de recherches au CNRS, il avertit contre le risque de «sud-américanisation» des forces de l’ordre. Voir la vidéo

Coups de matraque & spray : des violences policières gratuites ? / La Mule du pape

Par R. Parreira, le 1er mars 2020

Lorsqu’on est sur le terrain, on se rend compte que bien souvent les policiers ignorent la loi. Leurs graves lacunes, peut-être dues au manque de formation, sont justifiées par l’IGPN et l’IGGN comme “a culpa castas – exempts de faute”, de pures fatalités inhérentes à la complexité des situations au cours de leur travail. La population, victime de la violence d’État angoisse.

En France, la loi s’exprime sur deux mesures: la violence des maillons les plus faibles de la population “condamnable”, et la “violence légitime” de la police, “protégée et invisiblisée” par la violence institutionnelle et “non condamnable”. Plusieurs événements en 2019 ont montré que la police se définit au-dessus de la loi, et la vox populi se demande “qui sont vraiment les criminels”. Lire la suite

La police par les armes : De la matraque au LBD / La vie des idées

Par Luca Provenzano, le 25 février 2020

L’exception française dans le maintien de l’ordre n’est pas d’origine récente. Cet article en fait la genèse en revenant sur les interventions policières des années 1968 et en comparant les politiques françaises et allemandes. Lire l’article

Face aux images de violences policières, le pouvoir se contente d’ajuster sa com’ | Mediapart

L’exécutif a haussé le ton contre les forces de l’ordre après la diffusion d’une image montrant un policier faisant un croche-pied. Mais dans le fond, rien n’a changé. Le pouvoir continue de nier le caractère systémique des violences policières.

Suite de l’article réservée aux abonné(e)s…

The violence of the French police is not new, but more people are seeing it now / The Guardian

Par Mathieu Rigouste, le 13 février 2020

Since the appearance of the gilets jaunes (yellow vests) movement in December 2018, and with the recent demonstrations and strikes against pension reform, the question of police violence in France has entered the mainstream.

And the stream of shocking social media videos continues: at an anti-pension reform demonstration in Lyon this year, a police officer fired a teargas grenade at students filming the crowd from the balcony of their apartment. Another one fired a “flash-ball” at a demonstrator at point-blank range. At a gathering in the centre of Paris, police appeared to throttle Cédric Chouviat, a 42-year-old motorcycle courier, who later died with a broken larynx. These images – of the police beating vulnerable people, blinding others or blowing off their hands – have forced the authorities to admit that police violence actually exists. Lire la suite