ALBI : UN HOMME MEURT DANS UNE CELLULE DE COMMISSARIAT / Nantes révoltée

1er mai 2020

Au moins 7 décès et plusieurs mutilations lors d’interventions policières ces derniers jours


La triste nouvelle est rapportée par la presse : dans la ville d’Albi, un homme de 43 ans a été retrouvé mort dans sa cellule, au commissariat, mardi 28 avril. Il aurait été « découvert inconscient » par les policiers, et n’aurait « pas pu être réanimé ». Pourtant, quelques heures plus tôt, ce quarantenaire était vivant et libre. La victime avait été interpellée en début de soirée dans le centre-ville, « en état d’ébriété » selon les autorités. Les mêmes sources précisent : « les images de vidéosurveillance de la cellule ont été placées sous scellés et une autopsie a été diligentée. Une mort de plus entre les mains de la police, dans des circonstances plus que troubles. Lire la suite

Béziers : un trentenaire meurt au commissariat après une interpellation «difficile» / RT France

Le 9 avril 2020

Le parquet a annoncé le 9 avril qu’un trentenaire était décédé à Béziers après une interpellation de la police municipale qui faisait suite à un contrôle des mesures de confinement. Il serait mort au sein du commissariat. Un trentenaire est mort le 8 avril au soir au commissariat de Béziers dans l’Hérault après une interpellation «difficile» par la police municipale dans le cadre d’un contrôle des mesures de confinement, a fait savoir le 9 avril le parquet, qui a ordonné une enquête pour «homicide involontaire». Lire la suite

Interpellé pour non-respect du confinement, un homme meurt au commissariat de Béziers / Le Poing

Le 9 avril 2020

« Mercredi 8 mars, vers 22h30, un homme de 33 ans a été conduit par les policiers municipaux de Béziers au commissariat. Il venait d’être interpellé pour non-respect du couvre-feu qui court de 21h jusqu’à 5h du matin. Il est décédé quelques instants plus tard dans les locaux de la police nationale alors que les gardiens de la paix avaient tenté un massage cardiaque et fait appel aux pompiers pour venir en aide à la victime. Une autopsie a été ordonnée par le procureur de la République de Béziers, Raphaël Balland. Elle aura lieu demain vendredi 10 mars dans la journée. » Le parquet a ouvert une enquête pour homicide involontaire. Voici les faits rapportés dans l’introduction d’un article de Midi Libre publié ce matin.

Le reste de l’article vise à convaincre le lecteur que la mort de cet homme importe peu : « La victime [est] un accro aux stupéfiants bien connu de la ville. […] Les policiers municipaux auraient eu du mal à l’arrêter, mais c’est souvent le cas avec les toxicomanes. Ce dernier était très connu de la justice et avait posé des problèmes à plusieurs reprises aux forces de l’ordre. Le 5 avril, il avait d’ailleurs été placé en garde à vue pour un vol à l’arraché. » Le média Métropolitain parle d’un « SDF » qui « avait déjà été interpellé dans la journée pour des dégradations volontaires d’un véhicule ». Il était donc SDF, mais n’avait pas respecté le couvre-feu ? Lire la suite

Zineb Redouane : une femme tuée à sa fenêtre / Les pieds sur terre, France culture

par Sonia Kronlund

Le 1er décembre 2018, des rassemblements ont lieu à Marseille pour réclamer des logements dignes. Un tir de grenade lacrymogène lancé en pleine manifestation touche Zineb Redouane, qui fermait la fenêtre de son appartement au quatrième étage de son immeuble. L’octogénaire décède le lendemain. Réécouter

Grenade GLI-F4 : derrière le coup de com de Castaner, la mort d’une salariée en 2014 / Rapports de force

Par Guillaume Bernard, le 27 janvier 2020

Le Ministre de l’Intérieur a annoncé, le 26 janvier, la fin de l’utilisation des grenades GLI-F4, feignant une prise de conscience quant à leur dangerosité. En réalité, cette décision est surtout la conséquence d’un accident mortel qui a coûté la vie à une ouvrière de l’usine où sont produites les grenades en 2014, imposant l’arrêt de leur fabrication. 

Ce n’est pas parce qu’il s’est soudainement rendu compte qu’elles étaient dangereuses que Christophe Castaner a annoncé, dimanche 26 janvier sur le plateau de France 3, l’arrêt de l’utilisation des grenades GLI-F4 par les forces de l’ordre françaises. Comme l’écrivait Libération, le Ministère de l’Intérieur avait décidé de ne plus commander la grenade dès mai 2018. Non pas que celle-ci soit à l’origine de nombreuses mutilations de manifestants mais tout simplement parce que le fabriquant, Alsetex, avait décidé d’en arrêter le production dès 2014. Lire l’article

Castaner: les «questions légitimes» d’un ministre qui ne l’est plus | Médiapart

Par Antton Rouget et Ellen Salvi

La mort de Cédric Chouviat n’a guère ému le pouvoir. Le ministre Christophe Castaner a seulement estimé que le drame posait des « questions légitimes ». Après Zineb Redouane et Steve Caniço, encore une victime de la police en à peine plus d’un an. Lire la suite

Violences policières: Cédric Chouviat est mort d’une asphyxie avec fracture du larynx | Médiapart

Par Pascale Pascariello

Cédric Chouviat est mort d’une asphyxie avec fracture du larynx après avoir été violemment interpellé par quatre policiers le 3 janvier, selon une nouvelle vidéo que Mediapart s’est procurée. Une information judiciaire a été ouverte pour homicide involontaire. Lire la suite