Armement sublétal : le LBD 40 de Brügger & Thomet a-t-il bénéficié d’une décision de classement ? / RT France

Par Antoine Boitel, le 30 janvier 2020

Le lanceur de balle de défense fabriqué par l’entreprise suisse Brügger & Thomet qui a fait polémique en France après de multiples blessures infligées aux manifestants, et notamment aux Gilets jaunes, a-t-il suivi le parcours administratif légal ? Un communiqué de la société bretonne RedCore, bureau d’études de solutions de défense destinées aux forces de l’ordre, en date du 26 janvier, livre quelques nouvelles informations concernant le lance-grenade GL-06 de Brügger & Thomet, plus connu en France sous le nom de LBD 40. Dans son combat pour faire reconnaître les qualités de son propre LBD, le Kann44, initialement destiné aux polices municipales françaises, le président de la société RedCore, Gaël Guillerm, a demandé par la voix de son avocat à la commission d’accès aux documents administratifs (CADA) de bien vouloir lui communiquer le document rendant compte de la décision de classementdu LBD 40, actuellement en dotation dans les forces de sécurité françaises de la police nationale et de la gendarmerie. Réponse lapidaire de la CADA : «La ministre [des Armées] a indiqué que le document visé n’existe pas.» Lire l’article

Manifestation des pompiers : un tir de LBD a-t-il atteint un soldat du feu en pleine tête ? (VIDEO) / RT France

Un pompier juché sur un canon à eau lors d’une manifestation à Paris, a été percuté en pleine tête par un projectile venu du côté des forces de sécurité. La scène, impressionnante, a été filmée. S’il s’agit d’un tir de LBD 40, il serait illégal. Les pompiers professionnels manifestaient dans les rues de Paris le 28 janvier pour faire valoir leurs manques de moyens, leurs inquiétudes quant à leur retraite et la revalorisation de leur «prime de feu». Lire la suite

Tir de LBD à bout portant par un policier : ce qu’il s’est passé le 9 janvier à Paris, en images Le Monde

Par Asia Balluffier et Arthur Carpentier, le 10 janvier 2020

« Le Monde » a pu vérifier les données et la géolocalisation d’une vidéo montrant un policier faisant feu à moins de deux mètres d’un manifestant jeudi 9 janvier. Le parquet a ouvert une enquête pour « violences volontaires ». Voir la vidéo

Paris, jeudi 9 janvier la police s’est déchaînée | Paris-luttes.info

Publié le 10 janvier 2020

La manifestation du 9 janvier était de loin la plus violente du mouvement. Enfin, il serait plus juste de dire que les flics ont été d’une extrême violence. Compilation de ce qu’on a pu voir parmi les violences les plus crus de la police nationale et bilan non exhaustif des blessé.es. Et les syndicalistes n’ont pas été épargné.es. Voir

Le préfet de Paris libère l’extrême violence policière | Médiapart

Par Karl Laske, le 11 janvier 2020

Les unités de la Brigade de répression de l’action violente motorisée (BRAV-M) ont chargé à trois reprises le cortège de tête de la manifestation parisienne, jeudi, faisant des blessés parmi les syndicalistes et les journalistes. Un policier a fait usage de son lanceur de balles de défense sur la foule à moins d’un mètre. Témoignages et vidéos. Lecture de l’article réservée aux abonnés

Les violences policières sont le reflet d’un échec Le Monde

Editorial. Mort d’un homme lors d’un simple contrôle routier, manifestants frappés au sol, tir à bout portant au LBD… L’Etat doit revenir à sa mission de base : donner à la police les moyens de ses actions et en assurer en retour un contrôle nécessaire.

Editorial du « Monde ». La manifestation intersyndicale contre la réforme des retraites, jeudi 9 janvier, a été émaillée à nouveau par ce qu’il faut bien appeler, sans s’encombrer de guillemets, des violences policières. Les multiples vidéos montrant des manifestants frappés au sol par des fonctionnaires, ou encore celle où l’on voit un agent tirant à bout portant au LBD – le parquet de Paris a ouvert une enquête sur ce geste extrêmement dangereux – suffiraient à révulser n’importe quel citoyen. Lire la suite

Une arme suisse et ses blessures dans le viseur des “gilets jaunes”

Par Sébastien Faure, Radio Télévision Suisse

Le lanceur de balles de défense LBD 40, au coeur de la polémique dans les rassemblements de “gilets jaunes” en France pour les blessures qu’il occasionne, est une arme de fabrication suisse. Elle est aussi employée dans certaines polices cantonales.

L’usine B&T est installée dans un immeuble discret d’une zone industrielle de Thoune (BE). Ses responsables affirment dans l’émission Mise au point avoir été menacés à plusieurs reprises ces dernières semaines. Il faut dire que le produit phare de B&T fait des ravages en ce moment en France: quelque 200 blessés graves et une vingtaine d’éborgnés parmi les gilets jaunes. Voir la vidéo