L’utilisation du gaz lacrymogène CS, ses effets toxiques à plus ou moins long terme / Association Toxicologie-Chimie de Paris

Par Alexander Samuel et André Picot, juin 2020

Préface
Partir du réel.
Sébastien Nadot, député de la Haute-Garonne, titulaire d’un doctorat de l’EHESS Paris.
11 janvier 2020, semaine 61 du mouvement des « Gilets jaunes ».
Les manifestants se sont donné rendez-vous dans le centre-ville de Toulouse. Après quelques heures de déambulation, certains se retrouvent place Saint-Georges. Les policiers qui les suivent jettent alors des grenades de gaz lacrymogène dans leur direction. A quelques mètres derrière les manifestants se trouve un espace de jeux avec des enfants. Très vite le gaz se propage sans épargner toboggans et tourniquets. Prise au dépourvu, une maman affolée avec un enfant en poussette quitte la zone à la hâte. Apeurée, une petite fille pleure, figée debout. Un policier se dirige alors vers elle pour l’évacuer de la place. En bon père de famille, il la prend dans ses bras, tente de la rassurer et l’éloigne rapidement des dernières fumées blanchâtres.
Les exemples de « dommages collatéraux » dans l’usage de grenades lacrymogènes ces deux dernières années sont légion en France. Impossible d’évaluer le nombre de personnes exposées à ces gaz, qu’il s’agisse des participants à un rassemblement illégal, de ceux qui exercent l’un de leur droit fondamental à manifester sans excès ou des « badauds » pris au piège des hasards d’un affrontement entre forces de l’ordre et manifestants, jusqu’à ces enfants innocents. Lire le dossier

Montpellier : au Polygone, il retire son masque et reçoit un tir de gaz lacrymogène au visage / Midi Libre

Par Hélène Amiraux, le 15 mai 2020

Ce lundi 11 mai, le jeune homme, accompagné de sa compagne, s’était rendu à la Fnac du Polygone pour échanger un écran d’ordinateur.

Lundi, le premier jour du déconfinement, s’est terminé aux urgences pour un jeune gamer Montpelliérain qui s’était rendu dans l’après-midi à la Fnac du Polygone pour échanger un écran d’ordinateur. Il était porteur d’un masque de protection comme sa compagne. Le délai d’échange étant dépassé, le magasin refuse. Dépité, le jeune homme repart avec sa copine, et un peu agacé, retire son masque qui se casse. Il le jette à la poubelle. Lire la suite

Réforme des retraites : une maternité nantaise partiellement évacuée à cause des gaz lacrymogènes Russia Today France

Les forces de l’ordre ont repoussé les manifestants à proximité d’une maternité. Selon Ouest France, une trentaine de patientes auraient dû changer de chambre à cause des gaz lacrymogènes, remontés jusque dans les locaux du CHU. En marge des manifestations contre la réforme des retraites, Ouest France informe qu’une maternité de Nantes aurait été en proie à des nuages de gaz lacrymogènes envoyés par les forces de l’ordre. Celles-ci ont en effet tenté de disperser les manifestants et les ont repoussés jusqu’à proximité du CHU.

En savoir plus sur RT France

Notre enquête vidéo : comment la police a grièvement blessé un « gilet jaune » le 16 novembre sur la place d’Italie à Paris Le Monde

Par Arthur Carpentier, le 11 décembre 2019

Grâce à l’analyse de plusieurs heures de vidéos, la modélisation 3D des lieux et l’identification du projectile, « Le Monde » a reconstitué la séquence au terme de laquelle un manifestant, Manuel Coisne, a été éborgné. Lire la suite

L’utilisation massive de gaz lacrymogènes inquiète les scientifiques du monde entier Reporterre

Par Marie Astier, le 11 décembre 2019

Enquête 2/3 — L’utilisation massive des gaz lacrymogènes pour réprimer les foules est alarmante : aspergés en grande quantité, de manière répétée, ou dans des milieux confinés, ils se révèlent dangereux comme le montrent plusieurs études scientifiques. Lire la suite

Montpellier : un homme blessé en marge du mouvement contre la réforme des retraites Midi Libre

Ce mardi 10 décembre, un homme a été touché au front en marge des manifestations contre le projet de réforme des retraites, à Montpellier. Selon la préfecture, il aurait été légèrement blessé par les résidus d’un moyen lacrymogène tiré en cloche.

La vidéo présentant le visage blessé d’un homme allongé au sol, à proximité de l’Arc de Triomphe, s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Mardi, vers 16 h 30, un quinquagénaire a été blessé au front non loin de la cour d’appel de Montpellier, alors que des personnes manifestaient dans le secteur de la rue Foch. Lire la suite

Un nourrisson a-t-il inhalé du gaz lacrymogène lors de la Fête des Lumières à Lyon ? RT France

A Lyon, un sit-in non-violent a été dispersé par les forces de sécurité intérieure au moyen de gaz lacrymogènes. Présent sur les lieux, un nourrisson aurait été atteint par erreur. A Lyon, le 7 décembre, un nourrisson âgé de trente jours a inhalé du gaz lacrymogène, utilisé par les forces de l’ordre sur un rassemblement de Gilets jaunes.

En savoir plus sur RT France

Montpellier : la police blesse un homme au visage et empêchent les premiers soins Le Poing

Ce mardi 10 décembre vers 16h45 près de l’Arc-de-Triomphe de Montpellier, un homme, assis à quelques mètres d’un groupe de manifestants, a été touché au visage par un tir tendu de grenade lacrymogène. Lire la suite et voir les vidéos