«Le modèle français, c’est la police qui fait peur» / Médiapart, l’entretien

Par Fabien Escalona, avec Sebastian Roché et Pascale Pascariello, le 9 mars 2020

Entretien avec Sébastian Roché, qui décortique les dimensions de la «crise systémique» de la police en France. Directeur de recherches au CNRS, il avertit contre le risque de «sud-américanisation» des forces de l’ordre. Voir la vidéo

La police par les armes : De la matraque au LBD / La vie des idées

Par Luca Provenzano, le 25 février 2020

L’exception française dans le maintien de l’ordre n’est pas d’origine récente. Cet article en fait la genèse en revenant sur les interventions policières des années 1968 et en comparant les politiques françaises et allemandes. Lire l’article

CLASSEMENT MONDIAL DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE 2019 / RSF

Une haine croissante contre les journalistes

L’année 2018 a vu le nombre des attaques et des pressions contre les médias d’information et contre les journalistes croître dangereusement. Insultés, menacés, agressés, voire blessés par des manifestants ou par les balles de défense des forces de l’ordre, des journalistes ont été confrontés pendant le mouvement des Gilets jaunes en novembre 2018 à un niveau de violence inédit en France. Lire

Violences policières: la France de nouveau prise à partie au Parlement européen / Médiapart

Par Ellen Salvi, le 7 février 2020

Les eurodéputés polonais ont lancé une pétition pour dénoncer « la violence des autorités de la République française contre les citoyens ». Malgré les nombreuses condamnations internationales, Paris continue de balayer les critiques, comme le prouve encore la réponse du chef de file des élus macronistes à Strasbourg. Suite de l’article réservé aux abonnés

La police est-elle plus violente qu’avant ? | France culture

Par Elsa Mourgues

Les images et vidéos de manifestants battus au sol ou violentés par des policiers, se multiplient. Depuis l’hiver 2018 et les manifestations de “gilets jaunes” près d’une trentaine de personne a été mutilée et déplore la perte d’un œil ou celle de la main.

On parle de plus de blessés par la police en dix-huit mois qu’en vingt ans. Pour autant, il est difficile de se procurer des chiffres précis sur le nombre de blessés tant les plaintes déposées par les victimes sont aléatoires. 

Deux armes en particulier sont pointées du doigt par les associations de défense des droits de l’Homme, le Flash-Ball aussi appelé LBD et les grenades de désencerclement. Ce matériel est-il nouveau ? Est-il utilisé par d’autres pays occidentaux ? Y a-t-il vraiment plus de blessés que lors des affrontements précédents entre policiers et manifestants ? Notre police est-elle de plus en plus violente ? 

Sebastian Roché, sociologue, directeur de recherche au CNRS et auteur de “De la police en démocratie” (Grasset) répond aux questions de Nicolas Martin Voir la vidéo

Le Conseil de l’Europe demande à la France de suspendre l’usage du LBD | Dalloz actualités

Article de Thomas Coustet

« Dans l’attente d’une révision de la doctrine d’emploi des armes de force intermédiaire, les autorités françaises devraient suspendre l’usage du LBD (lanceurs de balles de défense) dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre », a enjoint le 26 février la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatovic, dans un mémorandum de dix pages. Le texte est néanmoins dépourvu de portée juridique. Lire l’article

« En France, la démocratisation de la police n’est pas achevée » | Le Monde

Sebastian Roché, propos recueillis par Nicolas Chapuis

Sebastian Roché, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), est un spécialiste de la police. Il a notamment publié De la police en démocratie (Grasset, 2016). Pour le chercheur, nier les violences policières comme le fait le ministre de l’intérieur est une conception contestable de la protection des droits fondamentaux. Et l’idée que le maintien de l’ordre « à la française » est un modèle dans le monde n’a pas de base sérieuse. Lire l’article

L’usage fréquent du LBD, une quasi-exception française en Europe | RFI

Le Conseil d’Etat a rejeté vendredi les demandes de suspension de l’usage du lanceur de balles de défense (LBD) dans les prochaines manifestations de « gilets jaunes », estimant que le risque de violences rendait « nécessaire de permettre aux forces de l’ordre de recourir à ces armes ». Les LBD seront donc déployés ce samedi par les forces de l’ordre lors de l’acte XII des « gilets jaunes ». L’utilisation de ce type d’arme est pourtant loin de faire l’unanimité chez nos voisins européens. Lire l’article