Liban. L’armée et les forces de sécurité s’en prennent à des manifestant·e·s non armés après les explosions – nouveaux témoignages / Amnesty International

Le 11 août 2020

 *  Plus de 230 personnes blessées lors des manifestations du 8 août

 *  La politique des forces de sécurité consistant à « tirer pour blesser » a causé des blessures graves – un jeune homme a notamment perdu un œil

 *  Gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc et plombs sont tires sans discernement

L’armée et les forces de sécurité libanaises, ainsi que des hommes non identifiés habillés en civil, ont tiré sur des foules non armées lors des manifestations qui se sont déroulées dans le sillage des récentes explosions à Beyrouth, a conclu Amnesty International au terme d’une enquête.

Elle a observé les manifestations majoritairement pacifiques le 8 août, pendant lesquelles les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des balles de fusils à pompe sans discernement sur la foule. Elle a recueilli les témoignages de victimes, de témoins directs et de médecins, et a vérifié les images montrant les forces de sécurité faire usage de la force de manière brutale et illégale. Lire la suite

IL Y A BIEN EU VIOLENCE POLICIÈRE CE SAMEDI 16 MAI À MONTPELLIER / La mule du pape

Par Jude, le 17 mai 2020

Ce samedi 16 mai, environ deux cent personnes se sont réunies sur la place de la Comédie pour manifester leurs revendications à l’encontre du gouvernement, après ces deux mois de confinement. Le Préfet de l’Hérault s’était pourtant appuyé sur le décret d’État d’urgence sanitaire pour interdire cette manifestation dont l’appel avait été relayé sur Facebook. Lire l’article

FRANCE : ALERTE SUR LES PRATIQUES POLICIÈRES ILLÉGALES PENDANT LE CONFINEMENT / Amnesty.fr

Le 7 mai 2020

Nous avons authentifié quinze vidéos qui témoignent d’un usage de la force illégal de certains membres des forces de l’ordre pendant le confinement.

Nous avons authentifié quinze vidéos qui témoignent d’un usage de la force illégal de certains membres des forces de l’ordre pendant le confinement.

Insultes racistes ou homophobes, usage illégitime de la force, car ne répondant pas aux critères de nécessité ou proportionnalité : toutes ces vidéos illustrent des cas flagrants de violations du droit international relatif aux droits humains. Lire la suite

Coups de matraque & spray : des violences policières gratuites ? / La Mule du pape

Par R. Parreira, le 1er mars 2020

Lorsqu’on est sur le terrain, on se rend compte que bien souvent les policiers ignorent la loi. Leurs graves lacunes, peut-être dues au manque de formation, sont justifiées par l’IGPN et l’IGGN comme “a culpa castas – exempts de faute”, de pures fatalités inhérentes à la complexité des situations au cours de leur travail. La population, victime de la violence d’État angoisse.

En France, la loi s’exprime sur deux mesures: la violence des maillons les plus faibles de la population “condamnable”, et la “violence légitime” de la police, “protégée et invisiblisée” par la violence institutionnelle et “non condamnable”. Plusieurs événements en 2019 ont montré que la police se définit au-dessus de la loi, et la vox populi se demande “qui sont vraiment les criminels”. Lire la suite

Armement sublétal : le LBD 40 de Brügger & Thomet a-t-il bénéficié d’une décision de classement ? / RT France

Par Antoine Boitel, le 30 janvier 2020

Le lanceur de balle de défense fabriqué par l’entreprise suisse Brügger & Thomet qui a fait polémique en France après de multiples blessures infligées aux manifestants, et notamment aux Gilets jaunes, a-t-il suivi le parcours administratif légal ? Un communiqué de la société bretonne RedCore, bureau d’études de solutions de défense destinées aux forces de l’ordre, en date du 26 janvier, livre quelques nouvelles informations concernant le lance-grenade GL-06 de Brügger & Thomet, plus connu en France sous le nom de LBD 40. Dans son combat pour faire reconnaître les qualités de son propre LBD, le Kann44, initialement destiné aux polices municipales françaises, le président de la société RedCore, Gaël Guillerm, a demandé par la voix de son avocat à la commission d’accès aux documents administratifs (CADA) de bien vouloir lui communiquer le document rendant compte de la décision de classementdu LBD 40, actuellement en dotation dans les forces de sécurité françaises de la police nationale et de la gendarmerie. Réponse lapidaire de la CADA : «La ministre [des Armées] a indiqué que le document visé n’existe pas.» Lire l’article

Tir de LBD à bout portant par un policier : ce qu’il s’est passé le 9 janvier à Paris, en images Le Monde

Par Asia Balluffier et Arthur Carpentier, le 10 janvier 2020

« Le Monde » a pu vérifier les données et la géolocalisation d’une vidéo montrant un policier faisant feu à moins de deux mètres d’un manifestant jeudi 9 janvier. Le parquet a ouvert une enquête pour « violences volontaires ». Voir la vidéo

Les violences policières sont le reflet d’un échec Le Monde

Editorial. Mort d’un homme lors d’un simple contrôle routier, manifestants frappés au sol, tir à bout portant au LBD… L’Etat doit revenir à sa mission de base : donner à la police les moyens de ses actions et en assurer en retour un contrôle nécessaire.

Editorial du « Monde ». La manifestation intersyndicale contre la réforme des retraites, jeudi 9 janvier, a été émaillée à nouveau par ce qu’il faut bien appeler, sans s’encombrer de guillemets, des violences policières. Les multiples vidéos montrant des manifestants frappés au sol par des fonctionnaires, ou encore celle où l’on voit un agent tirant à bout portant au LBD – le parquet de Paris a ouvert une enquête sur ce geste extrêmement dangereux – suffiraient à révulser n’importe quel citoyen. Lire la suite

Montpellier : un homme blessé en marge du mouvement contre la réforme des retraites Midi Libre

Ce mardi 10 décembre, un homme a été touché au front en marge des manifestations contre le projet de réforme des retraites, à Montpellier. Selon la préfecture, il aurait été légèrement blessé par les résidus d’un moyen lacrymogène tiré en cloche.

La vidéo présentant le visage blessé d’un homme allongé au sol, à proximité de l’Arc de Triomphe, s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Mardi, vers 16 h 30, un quinquagénaire a été blessé au front non loin de la cour d’appel de Montpellier, alors que des personnes manifestaient dans le secteur de la rue Foch. Lire la suite