UN MENSONGE D’ETAT DE PLUS POUR CASTANER / Nantes révoltée

Le 10 mai 2020

Il y a deux semaines, des policiers tabaissaient un homme en le traitant de “bicot”. Castaner a menti pour les couvrir

La prouesse que nous a faite Castaner pour répondre des actes racistes et ultra violents de la police à l’Ile Saint Denis le 26 avril est assez grandiose… En même temps qu’il disait aux députés « jamais nous n’accepterons le racisme dans la police », il a justement tenté de dédouaner la police raciste en 3 temps :

➡️ En condamnant les propos « sale arabe, un bicot ça nage pas », mais pas un mot sur la torture dans le camion de police
➡️ En faisant passer la victime pour un coupable : cambrioleur. Ce qui est faux, comme l’a révélé Le Monde
➡️ En allouant un exploit de sauvetage qui n’a pas existé à un des policiers racistes

Lire la suite et voir la vidéo

À nos corps défendants / IanB

si vous avez raté la diffusion Youtube du film À nos cors défendants de IanB, voici la nouvelle date de diffusion,

Le film A NOS CORS DEFENDANTS sera projeté une seconde fois en « première » sur Youtube le 17 avril 2020 à 21h30 à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=zrHcc_rPacE

Plusieurs villes ont accueilli la projection du film entre le 9 janvier et le 12 février et une tournée devait reprendre entre le 18 mars et la fin avril, avec 27 projections prévues dans autant de villes à travers toute la France. Le Corona a eu raison de ce programme.

Il était prévu que le réalisateur accompagne son film pour le présenter, en expliquer les motivations et animer des débats en y associant dans chaque ville des premier-es concerné-es, familles et proches de victimes de violences policières.

PRESENTATION DU FILM :

A NOS CORPS DEFENDANTS
Durée : 90 min
Année : 2019
Réalisation : IanB

Ce film ne raconte pas une histoire. Il se veut une approche sensible et radicale des violences psychologiques et physiques infligées aux habitant·es des quartiers populaires par la police. Les récits prennent place dans la France des vingt dernières années, celle de l?après Sarkozy, et sont rapportés par les premier·e·s concerné·e·s : pas de sociologue, pas d?historien, pas de journalistes ni de storytelling. Juste la parole de celles et ceux qu?on voudrait voir silencieux·ses : Wassil Kraiker et ses parents Zohra et Abdelaziz, des jeunes d?Argenteuil, Amine Mansouri et son père Moustapha, Ali Alexis et son épouse, Ramata Dieng et Farid El Yamni?

On y aborde la question de la domination, ou comment l?État traite les corps étrangers pour mieux les contrôler. Il est question de racisme, de torture et d?un combat vital pour la vérité. Les protagonistes de ce film n?avaient pas choisi de devenir un jour visibles, mais les violences systémiques en ont fait des combattant·e·s, à leurs corps défendants.

Teaser de présentation : https://vimeo.com/380032242
Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/212701123292997/

Mère de famille éborgnée à Villemomble : les violences policières à l’épreuve des vidéos / Le Parisien

Par Nathalie Revenu, le 5 mars 2020

Les vidéos tournées par les riverains ont joué un rôle décisif dans l’affaire jugée par la cour d’appel de Paris. Elles valent à deux policiers de se retrouver devant une cour d’assises pour avoir éborgné une femme aujourd’hui décédée.Lire la suite

“Le plus important n’est pas de filmer, mais de diffuser” : comment les vidéastes ont réussi à documenter les violences policières / France info

Ils sont de plus en plus nombreux et souvent au plus près des forces de l’ordre. Qu’ils soient amateurs ou professionnels, ils n’hésitent pas à plonger au cœur des manifestations, au risque, souvent, d’être blessés. Lire la suite

Les violences policières passent au premier plan / Blog Iconogrammes, Club de Médiapart

André Gunthert, le 15 janvier 2020

Les vidéos de violences policières relevaient jusqu’à présent d’une opinion minoritaire. L’accumulation de témoignages accablants est en train de changer la donne. Désormais, ignorer la répression brutale qui accompagne les mouvements sociaux est devenu injustifiable. Lire la suite